Une recette hebdomadaire pour parisien en galère

wtf

  • How do I look

  • politique

La belle-gossitude du mangeur bio

Manger Bio ou porter ZE MASK

 

« -Une compote maison ? Chouette ! Mais tes pommes, à la base… elles sont bio, hein ? »

On en a tous un ou une, de pote qui check à la manière d’un contrôleur des impôts, sur ton affirmativo-interrogatif style elle est bien casher ta viande ?! si tous les aliments sont labelés de la petite vignette verte… Et qui, si tu lui réponds pas par l’affirmative, ne touche pas son assiette.

Et comme tu lui réponds pas par l’affirmative, t’as envie de t’excuser.

 

C’est normal, t’as honte.

Parce que ce qu’elle te dit la Léa – la personne qui demande si tout est bio, en général, c’est une blonde hyper mince qui porte une blouse en soie beige sous un trench en cachemire bordeaux et qui s’est fait faire une coque éco-responsable chez un menuisier–, donc au final, ce qu’elle te dit Léa c’est que t’es un gros connard.

 

T’es solo

Y’a Thomas qui ose, frileux (ou téméraire, tout est une question de point de vue), il s’essaye à un certain aveu quitte à faire débat « non mais ça va Léa, moi non plus parfois… j’mange pas bio ».

L’engagement est fébrile, la confession semi-mensongère. C’est à peu près la même que quand on lui demande s’il fume des pétards, il répond pas tous les jours, alors que s’il en a pas un soir, c’est l’insomnie direct.

 

Beh oui, parce que dire que tu manges pas bio c’est te présenter comme le cancer, l’obésité, la maladie, l’acné… tout ce qu’on n’a pas envie d’avoir devant la tronche, quoi.

Alors que le mangeur bio il lutte contre le réchauffement climatique, il prend soin de son corps, il refuse le diktat de l’industrie agro-alimentaire, il se ré-approprie une mini-marge de manœuvre, il essaye de changer les choses à son échelle.

Bref, dans tous les débats, il y a les antis et les pros. Et moi, ces engagements extrêmes, je les trouve suspicieux.

Alors, quand un samedi soir, à table, entre potes, on a Léa qui se prend pour un héros, et qui divise la table en deux avec la certitude de savoir qui sont les bons et qui sont les mauvais, ça donne un article signé Festin, qui montre qu’il n’est pas tout à fait d’accord.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet