Une recette hebdomadaire pour parisien en galère

délire

La chakchouka de toutes les saisons

4 personnes

1h de préparation

1h de cuisson

You need

voir le
récap
La Chackchouka c’est la cousine de la ratat’. Tchak-tchou-ka, nan mais franchement, il est pas wonderful ce blaze? Il te donne envie de te prélasser sur les transat d’une plage de Beyrouth ou de Tel-Aviv en sirotant une citronnade ? Ouais, je sais moi aussi. Et si je te dis que tu vas retrouver ce feeling right here in Paris, au coin du feu -ou de ton radiateur ? J’te le dis, y’a plus de saisons, alors profite-en.

Alors, tu commences par faire cuire tes poivrons au four à 180° pendant 40minutes, n’oublie pas de les retourner. A la fin de la cuisson, la peau a cramé normalement et ils sont tous flétris comme des raisins secs. Là tu enlèves la peau (si tu connais pas la technique, j’te conseille vivement de cliquer sinon t’es parti pour 1h d’épluchage).

In the meantime, tu fais cuire dans une poêle bien chaude à peine huilée tes tomates pelées. Tu ajoutes ton ail coupé en petits morceaux et surtout, tu ENLEVE LE GERME. Ta sauce doit commencer à accrocher la poêle pour donner le gout un peu brulé.

Tu prends tes poivrons déshabillés, et tu les coupes en lamelles (c’est un peu visqueux, moi j’adore). Là t’es sympa, tu les ajoutes à la poêle avec les tomates (qui ne crachent plus d’eau à ce stade, bah oui puisqu’elles étaient à deux doigts de cramer !). T’as fait le plus dur: ça y est, tu n’es plus un néophyte je t’entends déjà me dire, « trop fastoche franchement ».

Il te reste plus qu’à ajouter une petite cuillère de piment en pâte, une autre de miel, le concentré de tomates et du sel. Tu mélanges et tu laisses cuire encore un peu.  Ça se sert froid ou chaud.

L’avantage, c’est qu’elle se bonifie avec le temps. Donc tu peux la préparer la veille, elle n’en sera que meilleure demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet